Menu
  • musee aeroscopia - centre de documentation
Logo Aeroscopia
Documents audiovisuels

Entretien VIDEO Claude Terrazzoni 04 juin 2019

Cote : VID.2019.06.04 TER

Date de production: 4 Juin 2019
Description : Consultation sur demande et autorisation préalable

Enregistrement réalisé par l'Académie de l'air et de l'espace et aeroscopia (Patrick Audouin, François Aubry, Fabienne Péris-Raimbault, Jean-Claude Chaussonnet, Alain Garcia).
Indexation réalisée par Marine Couderc. Etudiante en M2 Histoire, civilisations et patrimoine parcours histoire et patrimoine de l'Aéronautique et du Spatial.


Résumé de carrière

Polytechnique (1957), ENSAé (1962), CEV (1962-1973). Pilote d'essais (1968). Pilote de ligne IC armement (CR), Aerospatiale division Avions de début 1984 à mai 1998 (directeur adjoint, puis des Opérations, directeur de la divisions Avions puis de la branche Aéronautique). Airbus Industrie, conseiller du président 1998-2002. 1990-2000 conseiller technique Intuitu Personae, CCI de Toulouse. 2000 membre élu, vice-président trésorier, CCI de Toulouse, 1er vice-président CRCI Midi-Pyrénées. 2002 président CCIT. 2005 membre du bureau et du comité directeur de l’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie. Président de l’UAF (Union des aéroports français). 2007 vice-président du Conseil de surveillance Aéroport Toulouse-Blagnac. 6 500 heures de vol.


Distinctions - décorations
off LH (1980) + co LH (1981) + off ONM (1989) + co ONM (2007) + A (1973) + Médaille du CNES (1966). Médaille Aéronautique Médaille du CNES  (notice AAE)

Indexation:

1’04 : Il se présente, a eu une carrière dans l’aéronautique, dans les centres d’essai en vol et à Aerospatiale et chez Airbus. Début de cette dernière 1957 à l’entrée à Polytechnique et fin en 2002 (à 67ans). En 2002, président de la Chambre du Commerce et de l’Industrie Territoriales.               
2’20 : Fait des maquettes d’avions vers ses 13/14 ans, pas de moteurs, planeurs.
2’59 : Est né en 1935, parle catalan et français. Il a fait ses études à Perpignan, lycée Arago. Etudes supérieures à Montpellier, son père a choisi cette ville, pour faire maths sup.
4’44 : Anecdote d’une lettre reçue par son père, déplorant le manque d’ambition des écoles de provinces et bloquent l’accès aux grandes écoles. Recommandations de 3 grands lycées parisiens. Rentre à Louis le Grand.
6’35 : Ambition du lycée parisien de passer les concours ENS et Polytechnique. 
7’30 : Reçu à Polytechnique, puis choisi de devenir ingénieur militaire de l’air. Formation accélérée de pilotage au centre d’essai en vol. Sup Aero en 1960, pilote de l’armée de l’air.
9’10 : Choisi les essais en vol, envoyé à Brétigny. Méthode et moyen d’essai. Rédige un cahier des charges pour les systèmes embarqués.
11’30 : Envoyé au centre de Colomb-Béchar pour mettre au point l’arme nucléaire. Chargé de mettre au point les parachutes.
13’10 : On ne parlait pas des risques de l’atome, radiations. Responsable de tous les tirs qui ont amené au SSBS.
15’25 : Ordre d’essai, demandait aux constructeurs ce qu’ils voulaient, faisait la calibration, était au poste de tir. Il voulait des résultats.
17’02 : Tirs de plus de 150 missiles.
17’13 : Pas de téléphone, équipage de 5 personnes (2 pilotes, 1 radio, 1 navigateur, 1 mécanicien). Utilisation du morse. Comptes rendus très courts de ce fait.
18’10 : Premier échecs (seulement 4/5 échecs sur 150 tirs).
19’05 : Deux sortes d’essais => réussis et pleins d’expériences.
19’50 : Dans l’annexe de Colomb-Béchar, un commandant de l’Armée de l’Air, 2 ingénieurs militaires de l’air et 1 lieutenant (car beaucoup de vols), 4 pilotes, 50 personnes. Logés dans des bâtiments en durs. Pour aller à Hammaguir, 6h de pistes ou bien 30’ de vol, 2 avions à disposition pour faire la liaison.
22’45 : Anecdote sur sa nomination à la base de Cazaux pour en devenir le chef.
23’20 : Point sur ses 3ans et demi à Colomb-Béchar. A beaucoup aimé son travail là-bas et ses opportunités, tirs au loin, rencontre avec le président du Niger, avoir été le dernier a donné son autorisation pour le tir de la fusée diamant. 
24’02 : Problème sur le tir de la fusée diamant. Ils ont trouvé l’erreur. Le vol s’est mal passé. Ils ont tous eu peur.
27’00 : Quelques jours avant son départ, son chef ne l’envoie plus à Cazaux car il a besoin de lui, suite à la mort d’un pilote sur un météore à Istres. Il doit aller sur place. Devient alors pilote d’essai.
29’06 : Vols d’essai, prendre des mesures pour les ingénieurs. Couper les deux moteur pour faire une polaire, en accélérant pour avoir la courbe. Difficultés à repartir, car prototype, grande peur.
33’07 : Ingénieur en chef du Mirage 2000, négociations avec Dassault et l’Armée de l’Air.
37’10 : Cas de conscience suite à plusieurs propositions (Dassault et Aerospatiale). Car sa carrière s’est basée sur des propositions.
45’10 : Accepte la proposition de l’Aérospatiale, pour le lancement de l’A320. Directeur technique, puis des opérations, directeur de la division, puis directeur de la branche aéronautique.
49’00 : Succès de l’A320 et explosion de Airbus.
49’25 : Part chez Airbus jusqu’en 2002, comme conseiller de Noël Forgeard.
A partir de 50’00 : Parle de ses vols. Souhait de garder ses licences de pilote. Environ 7000h de vol sur plus de 150 avions. 20h/semaine à Colomb-Béchar. Dernières heure du vol sur l’A380.
54’45 : Accident de l’A330.
58’17 : Les informations se diffusaient bien. Missions nouvelles qui incombent à son poste.
1’03’41 : L’histoire d’aeroscopia avec Bernard Keller. Lien avec Ailes anciennes. Idée de musée.
1’08’42 : Locaux pour préserver et stocker des documents d’archives (Concorde). 
1’10’25 : Prêt de 40.000euros –>  îlot métiers du musée. Parle du musée – des agrandissements et des nouveaux aéronefs airbus
1’13’01 : Parle avec grand respect et admiration de l’ingénieur général Louis Bonte, directeur du CEV, Sup Aero.
1’14’40 : Souligne à nouveau de sa chance « insolente ». Reparle de son arrivée à Louis Le Grand, du premier discours poussant à faire passer les concours de l’ENS et Polytechnique. Des grands lycées parisiens.
1’16’24 : Parle d’une anecdote de Louis le Grand. Création de l’équipe de rugby du lycée.
1’21’22 : Parle des explosions de bombes, et évoque le fait qu’ils n’avaient pas conscience des problèmes écologique, pollution…
1’23’07 : Evoque le Général Leclerc de Hauteclocque.
1’28’10 : Les meilleurs moments. Deux types : un essai réussi et le vol sur un nouvel avion.
1’28’47 : Les moments difficiles. La perte d’amis dans des accidents.
1’29’35 – 1’35’02 : Parle de ses enfants et de sa vie de famille, qu’ils ne voyaient pas beaucoup. Transportait les joueurs du stade toulousain.  
1’38’30  – 1’44’22 : Parle de Louis Gallois. Groupe de travail Dassault/Airbus. Retrait de Dassault par peur d’être nationaliser.
1’45’13 – 1’47’15 : Guerre Irak/Iran. A vendu des Mirage F1 à l’Irak. Ballons gonflables remplis à l’hydrogène qui explosent.
1’47’25  – 1’50’07 : Parle d’Israël. Et du fait que les juifs ont sauvé son père de la condamnation, en témoignant qu’il les avait aidé à traverser la frontière franco-espagnole.
1’50’35 : Visite d’aeroscopia par des anciens du CEV.
 


Cliquer pour visionner la collection photographique de Claude Terrazzoni :
Contient