Menu
Logo Aeroscopia
Aéronef

SA 226 -AT MERLIN IV A - Collection Ailes Anciennes Toulouse


Identifiant : 2014.13.AAT


Description :

Cet appareil a été acheté d'occasion par Météo France aux États-Unis. Il a ensuite été modifié par France Aviation afin de recevoir l’instrumentation nécessaire aux activités scientifiques auxquelles il était destiné (radôme de nez, couronne porte-capteurs, pods). Ces équipements embarqués permettaient de décrire l'atmosphère et le comportement de l'avion par rapport à l'air (incidence, dérapage, vitesse).
Dès 1987, l'appareil a commencé à voler aux couleurs du Centre d'Aviation Météorologique (CAM).
L'appareil a ensuite volé pendant quelques années sous les couleurs de SAFIRE (Service des Avions Français Instrumentés pour la Recherche en Environnement) qui regroupe également les appareils du CNES et du CNRS-INSU, avant d'être remplacé par un ATR 42, plus puissant et disposant d'une cabine plus spacieuse.
Pendant les 2000 heures de vol, le Merlin s'est illustré dans de nombreuses campagnes de mesure nationales et internationales. Il a été utilisé par la communauté scientifique française et européenne pour effectuer des missions expérimentales sur de nombreuses thématiques : bilan radiatif, microphysique des nuages, dynamique et thermodynamique de l'atmosphère. Sa participation en 1990 à l'expérience PYREX a permis d’étudier la manière dont l'écoulement atmosphérique est affecté par une chaîne de montagne. La réalisation d’une base de données documentant ces phénomènes avait pour objectif final d’améliorer les principes de modélisation des prévisions météorologiques.
 
Il a été remis le 3 avril 2009 à l’association des Ailes Anciennes de Toulouse, après seize années passées au service de la recherche scientifique. Il a dû être complètement démonté, pour ensuite être transporté depuis la base de Francazal et restauré.

Ce Merlin IV A a comme premier propriétaire le gouverneur de l'Etat américain du Kentucky. Racheté par Météo France, il est profondément modifié pour recevoir de nombreuses installations scientifiques. La pointe avant est très étirée pour loger toute une série de capteurs de température et d'humidité.
Dès 1987, l'appareil vole pour le CAM (Centre d'Aviation Météorologique) puis pour le SAFIRE (Service des Avions Français Instrumentés pour la Recherche en Environnement) jusqu'en 2002.
Remis aux Ailes Anciennes Toulouse en 2009 sur la plateforme de Francazal, il a dû faire l'objet d'un démontage très complexe pour son transport par la route.

 
Présentation :